samedi 28 mars 2009

Caisses de retraites complémentaires auraient-elles des actifs pourris ?

Quand on lit la réponse du ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique du 26 mars 2009, on peut s'interroger ?.

Revalorisation des pensions et retraites avec effet rétroactif au 1er janvier 2009 13 ème législature

Question écrite n° 07623 de M. Gérard Miquel (Lot - SOC)
publiée dans le JO Sénat du 26/02/2009 - page 468

" M. Gérard Miquel attire l'attention de M. le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique sur la nécessité de revaloriser les pensions et les retraites, notamment pour ceux ayant les revenus les plus modestes ainsi que pour les veuves et les veufs, avec effet rétroactif au 1er janvier 2009. La perte de pouvoir d'achat s'amplifie au fil des mois, en raison du différentiel entre l'inflation sur tous les produits de consommation courante pour les retraités et les revalorisations intervenues les 1er janvier (+1,1 % pour 2008) et 1er septembre (+0,8 % dont 0,2 % de rattrapage au titre de l'année 2007 et 0,6 % pour 2008). Ce mécanisme exceptionnel a été utilisé au 1er septembre 2008 en raison du pic d'inflation constaté et conformément à l'engagement du Président de la République du 6 mai 2008, la régularisation législative étant intervenue a posteriori (article 6 de la loi de financement de la sécurité sociale). Pour les associations représentant les retraités, ce qui a été possible au 1er septembre 2008 doit pouvoir l'être également au 1er janvier 2009. Aussi, il lui demande ce qu'il entend faire pour donner ce supplément de pouvoir d'achat aux 13 millions de retraités dans le contexte économique actuel."

Réponse du Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique publiée dans le JO Sénat du 26/03/2009 - page 763

" Le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique a pris connaissance avec intérêt de la question relative à la revalorisation des pensions de retraite. La loi portant réforme des retraites du 21 août 2003 réaffirme le choix de la répartition et de la solidarité entre les générations, en sauvegardant les régimes de retraite. Un des objectifs majeurs de cette réforme est, en outre, de viser un niveau de pension aussi élevé que possible et de veiller à le maintenir en valeur réelle pour chacun tout au long de sa retraite. La revalorisation des petites retraites et l'amélioration du pouvoir d'achat constituent deux engagements du Gouvernement. À cet égard, il convient de rappeler la décision du Président de la République d'un versement exceptionnel de 200 euros en 2008 aux retraités les plus modestes, mesure financée par le fonds de solidarité vieillesse (FSV). À cela s'ajoutent les mesures prises dans la cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009, conformément aux engagements du Président de la République, de porter à 60 % le taux de réversion au régime général pour les veufs et veuves les plus modestes et de revaloriser, entre 2007 et 2012, le minimum vieillesse de 25 % pour les personnes seules. Au vu du pic d'inflation 2008, le Gouvernement a décidé d'une revalorisation supplémentaire anticipée de 0,8 % au 1er septembre 2008 pour l'ensemble des retraités du régime général, des régimes alignés et de la fonction publique. Par ailleurs, le Gouvernement a souhaité que le calendrier de revalorisation soit harmonisé au 1er avril de chaque année comme pour les régimes complémentaires AGIRC-ARRCO. La règle sera ainsi plus claire pour les retraités et permettra de tenir compte de l'inflation constatée pour l'année N - 1 et d'une prévision plus fiable pour l'année N. Enfin, la composition de la conférence de revalorisation des pensions sera élargie, notamment pour y intégrer les représentants de la fonction publique. Ainsi, les retraités bénéficieront donc, à compter du 1er avril 2009, d'une revalorisation des pensions comprenant le complément de 0,6 % au titre de 2008 (2,8 % d'inflation 2008 - 2,2 % de revalorisation effectuée en 2008), et la revalorisation pour l'année 2009 au vu de l'inflation anticipée."

Soit +1%,

En Sarkozie, il faut mieux être du côté des voyous de la finance que de celui de ceux qui se lèvent tôt ou qui ont travaillé toute leur vie en gagnant honnêtement leur vie.

http://zen-fiatlux.blogspot.com
Courriel : fevrieralain@hotmail.fr

vendredi 27 mars 2009

Après les banques, Eurotunnel, Dexia, Natixis...,l'optimisme du Figaro ?

12-19-2008,
nouvellerepublique.com Re: 19 milliards d'euros d'actifs pourris chez Natixis
Aïe, Aïe, Aïe !!!
Voilà les souscriptions d'obligations d'entreprises pour les particuliers qui fleurissent un peu partout ?. Une nouvelle perfusion financière colossale pour les petits porteurs si l'oued et sa source venaient à s'assècher ?. Ce qui arrivera forcément pour les moins chanceux mais combien seront-ils ?.


Parenthèse
"Et la source est tarie où buvaient les troupeaux" De M.T. Mutin

Un livre pour votre week-end

un résumé d'une lectrice, très bien fait, qu'il faut lire avant d'acheter le livre. C'est un roman sur fond important de la vie politique. " Mais ce dont parle surtout ce livre c'est de la vie au parti socialiste à la fédération de Côte d'Or du temps de Messieurs Jospin, Poperen, Rocard, Bérégovoy.sous Rocard-Bérégovoy" ....
..." J'arrête là, ce que j'ai dit sur le PS suite à ma lecture, pourrait être décliné pour d'autres partis, autrement sans doute...". sources arc en ciel...Bourgogne.
http://arcetciel.canalblog.com/archives/2008/11/25/11491616.html




Selon LE FIGARO.fr Placement : " Les obligations, une oasis pour les épargnants "

" Crise oblige, les entreprises émettent des emprunts à des taux alléchants. Une aubaine pour les épargnants."

" Du jamais vu ! Cette année, les entreprises en quête de financement se bousculent pour émettre des obligations. «Depuis janvier, les émissions ont dépassé 100 milliards d'euros, soit davantage que sur toute l'année 2008», note Emmanuel Martin, directeur des gestions d'Acropole AM."
Et pour convaincre les investisseurs d'acheter ces titres, les entreprises acceptent de payer des intérêts historiquement élevés. Ces derniers jours, Heineken a par exemple émis une obligation assortie d'une rémunération de 6,75%, Vinci (Autoroutes du Sud de la France) de 7,47% et PPR (Pinault, Printemps, La Redoute) de 8,75%. Fin février, l'obligation lancée par Volvo offrait même 10% par an à ses souscripteurs !"

«L'écart entre ces obligations et les emprunts d'État atteint des niveaux jamais vus depuis les années 1930», explique Adam Cordery, gérant du fonds Euro Corporate Bond de Schroders. Ces belles rémunérations font figure d'eldorado pour les épargnants, douchés par la chute des actions et désolés par la baisse des rendements des placements de trésorerie. Car s'ils achètent une obligation à la souscription et la conservent jusqu'à son échéance, ils toucheront les intérêts chaque année et seront remboursés au terme du capital investi."
" Le seul risque ? Que l'entreprise fasse faillite d'ici là et ne puisse plus payer les intérêts, ni rembourser le capital. L'épargnant aurait alors tout perdu. Une menace à ne pas prendre à la légère.
«Certaines obligations affichent des taux effectivement élevés, mais parce que le risque est lui aussi important», avertit Éric Le Baron, directeur général de Swiss Life Assurance et Patrimoine. D'où la nécessité de choisir de grands groupes solides… «ou des entreprises qui représentent un enjeu national et seront soutenues par l'État», souligne Paul Gurzal, gérant obligataire à La Française des placements."
" En pratique, pour les particuliers, acheter ces obligations à la souscription était difficile. Elles étaient la chasse gardée des investisseurs institutionnels, et seuls les clients fortunés pouvaient en souscrire dans les banques privées. Mais depuis quelques mois, les émissions sont si importantes… qu'elles sont même parfois accessibles dans une simple assurance-vie. ING Direct, par exemple, a proposé il y a quelques semaines à ses clients l'emprunt lancé par Saint-Gobain. Et tous les titres ont été souscrits en trois jours." ...


http://zen-fiatlux.blogspot.com/
Courriel : fevrieralain@hotmail.fr

jeudi 26 mars 2009

A vous de juger "graines d'Angers " et les propos de Laurent Gérault




zen49 a dit...

" une graine a dit...
A l'auteur de ce blog "

" cher ami que cela vous déplaise, la soirée graines d'angers a été une réussite, l'amphi était trés bien rempli et les débats constructifs.
à bon entendeur, salut."

25 mars 2009 07:50

Cher ami "graine" que cela ne vous en déplaise, j'en suis désolé mais, vous avez votre réponse en photos et les lecteurs jugeront sur pièces...


Démocrate a dit...
Dans Ouest-France de jeudi 26 mars, il y a un article sur L. Gérault en campagne pour les Européennes. Il n'est pas tendre avec les "recyclés en politique" L.G. en parlant de sa Tête de liste Modem de l'OUEST, une Technocrate de Bruxelles :


"Elle ne fait pas partie de ces candidats qui vont recycler leur carrière politique au Parlement européen", Il conclue "Nous irons beaucoup sur le terrain, écouter les territoires avec honnêteté"

Tout un programme pour un candidat qui n'a qu'une carrière d'opposant derrière lui ?.Propos pas très gentil pour son associé, Christophe Béchu, la tête de liste UMP aux européennes, serait-il, lui aussi, un recyclé suite à son échec électoral aux dernières municipales angevines ?.Sources Ouest-France
Démocrate
26 mars 2009 17:09

http://zen-fiatlux.blogspot.com
Courriel : fevrieralain@hotmail.fr

mercredi 25 mars 2009

Président-Gouvernement-UMP-NC Touchent pas à mon bouclier fiscal

Le bouclier fiscal
13 ème législature


Question d'actualité au gouvernement n° 0273G de M. Bernard Vera (Essonne - CRC-SPG)
publiée dans le JO Sénat du 20/03/2009

M. Bernard Vera. Ma question s'adresse à M. le Premier ministre. M. Jean-Pierre Bel. Il n'est pas là !

M. Jean-Marc Todeschini. Il a mal au dos ! (Sourires sur les travées du groupe socialiste.)

M. Bernard Vera. Je tiens tout d'abord à saluer le mouvement social, puissant et rassembleur, qui se déroule aujourd'hui et se traduit par de nombreuses manifestations réunissant plusieurs millions de salariés, soutenu par 80 % de l'opinion publique. La plupart des sénatrices et des sénateurs du groupe CRC-SPG sont d'ailleurs présents dans ces manifestations. Ce mouvement est le signe évident de l'inquiétude et de la colère de la France qui travaille et qui crée les richesses, un signe qui appelle d'autres réponses que les « mesurettes » fort limitées annoncées par le Gouvernement.

M. Roland Courteau. Très bien !

M. Bernard Vera. Il participe aussi, après les succès des mouvements revendicatifs de l'outre-mer, d'une profonde et large aspiration à trouver, dans la situation de crise, d'autres solutions que la litanie des plans de licenciement, le développement du chômage partiel ou le blocage des salaires et des pensions. Cette aspiration à la justice sociale est si forte qu'elle rend indécente l'existence du bouclier fiscal, comme celle des rémunérations et des bonus exorbitants des patrons du CAC 40 et des plus grandes entreprises ! Le bouclier fiscal est bel et bien un cadeau éhonté destiné à une infime minorité de privilégiés, au moment où la grande majorité du peuple de notre pays doit se serrer la ceinture ! Si le ministère des finances ose prétendre que les deux tiers des 14 000 bénéficiaires du bouclier fiscal sont de condition modeste, c'est pour mieux masquer que 834 ménages fortunés ont obtenu du Trésor public plus de 368 000 euros de remboursement en 2008, soit 300 années de SMIC par contribuable ! Au total, le bouclier fiscal coûte 458 millions d'euros. C'est plus que les crédits de rénovation urbaine et que les aides versées par le ministère de la jeunesse et des sports ! Affirmer que le bouclier fiscal a favorisé le retour des émigrés fiscaux est un pur effet d'affichage !

M. le président. Veuillez poser votre question, mon cher collègue !

M. Bernard Vera. J'y viens, monsieur le président. Les parlementaires de mon groupe, soucieux de l'équilibre des deniers publics et de la justice fiscale, ont déposé, le 15 octobre dernier, une proposition de loi tendant à abroger le bouclier fiscal. Ce texte est inscrit à l'ordre du jour du Sénat le 26 mars prochain, mais la majorité de droite semble décidée à empêcher son adoption

M. Alain Gournac. Eh oui !

M. Bernard Vera. Je regrette l'absence de M. le Premier ministre, comme celle des ministres concernés, mais ma question est simple : le Gouvernement va-t-il enfin entendre le peuple ? Allez-vous supprimer cette disposition inique ? Appuierez-vous notre proposition d'abrogation du bouclier fiscal, qui viendra en débat le 26 mars ? (Applaudissements sur les travées du groupe CRC-SPG et du groupe socialiste. – Exclamations sur les travées de l'UMP.)

M. Roger Karoutchi, secrétaire d'État. La réponse est non !

Réponse du Secrétariat d'État chargé de la fonction publique
publiée dans le JO Sénat du 20/03/2009 - page 3186

La parole est à M. le secrétaire d'État. (Applaudissements sur les travées de l'Union centriste et de l'UMP.) Plusieurs sénateurs de l'UMP. André ! André !

M. Jean-Pierre Bel.
Voilà l'épilogue !

M. Bernard Frimat.
L'auteur du texte va-t-il changer ? (Sourires sur les travées du groupe socialiste.)

M. André Santini, secrétaire d'État chargé de la fonction publique.
On connaissait le bis, on n'avait pas ter ! (Sourires.) Monsieur le sénateur Vera, je risque de représenter le Gouvernement le jour de l'examen de votre proposition de loi.

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat.
Alors développez vos arguments !

M. André Santini, secrétaire d'État.
C'est bien sûr ce que je vais faire ! Il n'est pas juste, monsieur Vera, de stigmatiser les bénéficiaires du bouclier fiscal. (Mme Raymonde Le Texier s'exclame.) Ce sont des personnes qui ont un remboursement total de 458 millions d'euros, mais qui avaient préalablement payé plus de 1,1 milliard d'euros d'impôts ! (Exclamations sur les travées du groupe socialiste.)

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Les pauvres !

M. André Santini, secrétaire d'État. Je constate que votre cœur demeure inaccessible à ce genre de détresse, mais il faut néanmoins que les chiffres soient cités !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Mais combien gagnent-ils ?

M. André Santini, secrétaire d'État. Ils versaient plus de 80 %, voire 100 % de leurs revenus aux impôts, et leur contribution a été ramenée à 50 % ! L'impôt, monsieur le sénateur, est une affaire de citoyenneté,…

Mme Nicole Bricq. Ah oui ! Justement !

M. André Santini, secrétaire d'État. …non de confiscation ! Vous avez invoqué la justice : est-il juste de payer plus de 50 % de ses revenus en impôts ? Est-il juste de travailler plus d'un jour sur deux pour l'État ?

M. Jean-Marc Todeschini. C'est dur le métier de secrétaire d'État ! (Sourires sur les travées du groupe socialiste.)

M. André Santini, secrétaire d'État. Une telle situation n'existe nulle part ailleurs !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Si, elle existe ailleurs !

M. André Santini, secrétaire d'État. En France, la coexistence d'un impôt sur le revenu élevé et d'un impôt sur le patrimoine également élevé impose de plafonner la pression fiscale, d'où l'instauration du bouclier fiscal, qui est un système juste. La véritable injustice, c'était que certains contribuables puissent s'exonérer de l'impôt à travers l'utilisation excessive d'avantages fiscaux par le recours aux niches fiscales : c'est pourquoi nous avons décidé de plafonner ces dernières.

Enfin, monsieur le sénateur, en France, lorsqu'on gagne de l'argent parce qu'on a réussi, on n'est pas un voleur !

M. Bernard Vera. Qui a dit ça ?

M. André Santini, secrétaire d'État. Si l'on veut faire partir de la France toute sa richesse, alors il faut prendre les mesures que vous préconisez.

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Mais ils partent !

M. André Santini, secrétaire d'État. À une époque de très grande mobilité du capital et de compétition très rude,…

M. le président. Veuillez conclure, monsieur le secrétaire d'État.

M. André Santini, secrétaire d'État. …notamment entre pays européens, surtaxer aboutit en réalité à détaxer !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Avec les aides publiques, ils vont produire en Chine !

M. André Santini, secrétaire d'État. En 2007, les départs du territoire ont baissé de 15 % et les retours ont augmenté de 10 %. Ce coup de frein aux départs, c'est la première fois qu'on l'observe depuis 2000 et ce n'est pas un hasard si c'est la première année de mise en œuvre du bouclier fiscal ! (Applaudissements sur plusieurs travées de l'Union centriste et sur les travées de l'UMP.)

M. Roger Karoutchi, secrétaire d'État. Très bien ! Remarquable !

lundi 23 mars 2009

Tarifs S. G. pour Services à la personne-l'Usure desTaux...

SUPER, Le B.A.BA de la crise des subprimes en bande dessinée sur Rue89

Http://www.rue89.com/files/subprimesRue89.pdf


Comme il y a de plus en plus de personnes qui gagnent moins que le smic, qui va payer des tarifs horaires aussi élevés ?. Qui en sont les bénéficiaires des bonniches défiscalisées ?.
--------------------

Voilà un exemple de publicité que vous recevez, parfois nominativement, dans vos boîtes emails ?
Qui dit mieux !, TEG révisable de 19,95 %, un autre de 21,25 % ?

Mais que font-ils donc nos parlementaires pour arrêter ces abus en période de déflation ?....Rien !

L'Etat prête ou donne de l'argent aux banques qui plument ensuite leurs clients qui sont aussi des électeurs !.


Exemple de pub internet que vous pouvez recevoir :

" Cette offre mediatis vous est proposée par CentralMarques "

" Découvrez la réserve de crédit médiatis "
" Profitez de la Réserve de Crédit et remboursez...
0 € à rembourser pendant 3 mois pour toute ouverture et première demande de financement avant le 18/05/2009.
Aucun justificatif d'utilisation à fournir
Aucun frais de dossier
Remboursement par mensualités prédéterminéesLa réserve de crédit médiatis est un crédit reconstituable d'un an renouvelable dont le montant peut varier de 500 à 10 000 euros. Teg révisable de 19,95%.

Demandez votre Réserve de Crédit en ligneFaire une simulation "

" La réserve de crédit Médiatis est un crédit reconstituable d'un an renouvelable dont le montant peut varier de 500 à 10 000 euros.TEG révisable de 19,95 %."

" (1) Offre de report gratuit pour toute ouverture et première demande de financement avant le 18/05/2009(2) Sous réserve d'acceptation de votre dossier par médiatis et après expiration du délai légal de rétractation en vigueur suivant la signature de l'offre préalable d e crédit.(3) Le coût total du crédit dépend de la durée et du montant que vous empruntez. Vos mensualités intègreront le remboursement du capital, les intérêts, ainsi que l'assurance du compte si vous choisissez d'y souscrire. Conditions en vigueur au 03/03/2009.(4) L'accord définitif n'interviendra qu'après examen de vos justificatifsMédiatis S.A. au capital de 39 370 100 € - Siren 612 002 477 RCS PARIS – 66, rue des archives – 75003 Paris "


http://zen-fiatlux.blogspot.com

Courriel : fevrieralain@hotmail.fr


mardi 17 mars 2009

Lu dans le Canard enchaîné du 11 mars 2009...

Un toît d'mmeuble habillé par un bailleur social angevin ?. L'avis des locataires n'ont jamais été consulté ?. Les proprétaires de télévisions numériques HD, TNT intégré ont besoin d'un réglage de chaînes au moins 2 à 3 fois par semaine. Par intermittence : apparition de mosaïque et de décalage entre le son et l'image mise à jour TNT


Comme annoncé sur fiatlux samedi dernier, Antennes, relais téléphoniques font le beurre des bailleurs sociaux en toute "discrétion" !.

Sur le blog http://zen49.blogspot.com/ , à partir du 15 mars, vous pourrez lire un article sur les antennes et relais téléphoniques; il est inspiré par l'article du Canard : " Bouygues active ses relais pour sauver ses antennes...Académie de médecine, Matignon, Elysée : mobilisation générale..."

http://zen-fiatlux.blogspot.com Courriel privé : fevrieralain@hotmail.fr

Toît d' immeuble du Toît angevin !.

mercredi 11 mars 2009

Pôle emploi avait oublié d'embaucher ?

Le Monde du 07 mars 2009
Le Canard enchaîné n°4610 - 4 mars 2009
" Pôle Emploi : un logo à 500 000 euros et une organisation interne à 16 millions d'euros "
" La fusion ANPE/Unedic a donné naissance au Pôle Emploi. L'objectif de cette fusion était de rendre le service pour l'emploi plus efficace afin que les chômeurs retrouvent du travail plus rapidement.....
Le Monde raconte les difficultés du service : "A ce jour, 52 000 dossiers d'indemnisation restent en instance de traitement. La plate-forme téléphonique, le "39-49", a explosé (...) Le plus dur reste à venir avec le suivi mensuel des chômeurs inscrits ces dernières semaines, suivi qui ne démarre que le quatrième mois après l'inscription. Les besoins en personnel se font d'autant plus sentir que les 45 000 salariés du Pôle emploi doivent, dans le même temps, se former à leurs nouveaux métiers"."...

Pôle emploi : les chômeurs appellent désormais sur un numéro surtaxé
" Comme le révèle Arrêt Sur Images, l'organisme, né de la fusion ASSEDIC et ANPE, propose un service téléphonique surtaxé pour les chômeurs qui peuvent gérer à la fois le paiement de leurs indemnités de chômage et la recherche d'emploi "
Sources : Politique.net - Le Monde - Le Canard enchaîné

Courriel :
fevrieralain@hotmail.fr

mardi 10 mars 2009

mardi 3 mars 2009

" Larme à l'oeil et coeur sur la main, celui-là trahira demain.. "

Après lecture de l'AMENDEMENT N° 183
présenté par
M. Jeanneteau, M. Boënnec, M. Paternotte, M. Malherbe, M. Remiller, Mme Grosskost,
Mme Hostalier et Mme Gallez,

vous comprendrez mieux que l'UMP est à la recherche de poids lourds et de "maîtres" chanteurs pour faire diversion

INFO :
Le Post, Info, buzz, débat

" L'UMP, les jeux vidéos et la réforme de l'hôpital, Canteloup, Delarue,Fogiel et le sucre en poudre "

" Ces jours-ci, le parlement débat de la réforme de l'hôpital, ce qui, chacun en conviendra, n'est pas une mince affaire. Le droit d'amendement étant encore en vigueur pour les députés UMP (les socialistes, souvenez-vous, en font un usage "délirant", selon l'homme qui sait tout Jean-Michel Aphatie), huit d'entre eux ont déposé un amendement consacré aux jeux vidéos... "

" Etonnant non? comme aurait dit l'autre, surtout si on compare l'exposé des motifs de ce projet de loi avec l'amendement en question ":

PROJET DE LOI

portant réforme de l’hôpital et relatif aux patients,à la santé et aux territoires,

(Urgence déclarée)

(Renvoyé à la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

PRÉSENTÉ

au nom de M. François FILLON,
Premier ministre,

par Mme Roselyne BACHELOT-NARQUIN,
ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,
Le système de santé français, fondé sur le principe de solidarité, offre une qualité et une sécurité remarquables. Néanmoins, en raison d’une coordination insuffisante de l’ensemble des acteurs et d’une inégale répartition des professionnels de santé sur le territoire, l’accès aux soins devient une question croissante pour nos concitoyens. Ce système présente aujourd’hui des limites et des fragilités, alors que se profile le double défi du vieillissement de la population et de la spécialisation croissante des soins.
Le projet de loi « hôpital, patients, santé, territoires » a pour ambition d’engager l’indispensable modernisation de notre système de santé, en plaçant l’accessibilité des soins au premier rang de ses priorités, notamment par une meilleure coordination des parcours de soins. Il appelle des modifications d’organisation à la fois dans le secteur sanitaire, hospitalier et ambulatoire, et dans le secteur médico-social. Une gestion transversale par un acteur unique au plan régional est une condition nécessaire. C’est la raison d’être de la réforme organisationnelle que constituent les agences régionales de santé. Enfin, ce projet de loi propose des actions de prévention qui contribueront à l’amélioration de la santé de nos concitoyens.

"AMENDEMENT N° 183

présenté par

M. Jeanneteau, M. Boënnec, M. Paternotte, M. Malherbe, M. Remiller, Mme Grosskost,

Mme Hostalier et Mme Gallez
----------
ARTICLE ADDITIONNEL

APRÈS L'ARTICLE 25, insérer l'article suivant :
Lorsqu’un jeu vidéo présente un risque en matière de santé publique en raison de son caractère potentiellement addictif, le support et chaque unité de son conditionnement portent, dans des conditions fixées par un arrêté du ministre chargé de la santé, un message de caractère sanitaire. La mise en œuvre de cette obligation incombe à l’éditeur ou, à défaut, au distributeur chargé de la diffusion en France du jeu vidéo.

EXPOSÉ SOMMAIRE
Les adolescents constituent un public particulièrement vulnérable face à la cyberdépendance. Les consultations pour addictions aux jeux vidéo concernent essentiellement des enfants et des adolescents. Face à ce phénomène, une signalétique commune à 25 pays européens à été mise en place. Le système PEGGY (Pan-European Game Information) fournit des recommandations sous forme de pictogrammes imprimés sur les boîtes de jeux vidéo. Néanmoins, de nombreux parents ne comprennent pas toujours le sens des pictogrammes. Cet amendement vise donc à rendre obligatoire l'application d'un message de prévention clair sur les risques d'addiction que peuvent entraîner certains jeux vidéos."
Et voilà le travail de la nouvelle inquisition de l'UMP. Cet amendement est bien évidemment d'une stupidité absolue, et qui plus est, il est rédigé par des incompétents en la matière. Par exemple, le système "Peggy" dont il est fait mention s'appelle en fait "PEGI". Et nous passerons généreusement sur le caractère plus ou moins flou de cette notion "d'addiction". Qu'est-ce qu'une addiction aux jeux vidéos? quels sont les jeux concernés? à partir de quelle durée l'addiction est-elle établie? etc... "

" Moi-même, je me demande si je ne suis pas addict à FIFA 2008... J'y joue une fois par jour, et j'aggrave mon cas, vu que je dispute chaque mois un tournoi avec des camarades journalistes. Débuté sur PES, cette compétition existe depuis 2004... Sommes nous des malades aux yeux des députés de l'UMP? Avons nous besoin d'être protégés nous-aussi? A quand notre amendement pour préserver les journalistes gamins qui jouent encore aux jeux vidéos de foot et se prennent pour des José Mourinho de console à leur âge avancé?
Cela évoque ces sempiternels débats sur la violence à la télévision. A titre personnel, j'avoue que je suis absolument addict à la série "Les Sopranos"... Je me passe et repasse les saisons, dissèque et disserte sur la parcours professionnel, familial et analytique de Tony... Est-grave? Voilà dix ans que ça dure... Ne faut-il pas légiférer là-dessus? Qui dit qu'un jour, je ne vais pas résoudre certains problèmes façon Tony Soprano? Un jour de doute, je pourrai peut être buter Jean-Michel Aphatie parce qu'un de ses papiers sur son blog m'aura un peu agacé. Je le découperai ensuite au couteau dans sa baignoire, tête, mains, buste et éparpillerai les morceaux en divers terrains vagues? Vite! Je veux un amendement pour me protéger, d'autant que je suis aussi addict à la série "Dexter"! (Vous remarquerez que j'ai un faible pour le dépeçage... Une addiction virtuelle en attendant de passer à l'acte?)
Sinon, à part ça, j'écoute tous les matins Canteloup sur
Europe 1. Depuis quelques semaines, il se livre à de nombreuses plaisanteries au sujet de Jean-Luc Delarue. Cela provoque chez Marc-Olivier Fogiel des gloussements d'aise extatique, ce qui tenderait à prouver que c'est extrêmement drôle. Le problème, c'est qu'étant moins informé que la moyenne, je ne comprends pas en quoi c'est drôle.
Tenez, ce matin, la matinale d'Europe se déroulait en direct de Rungis, aux halles. Dans son sketch, Canteloup a imité Delarue, perdu dans le dédale des halles, en panique, et recherchant de toute urgence le stand "des marchands de sucre en poudre". Tout le monde a ri, et Fogiel plus fort encore que tous les autres. Sauf moi, devant mon petit transistor... Qu'est-ce que cela veut dire? Que Delarue est victime d'une addiction au sucre en poudre? Faut-il un amendement UMP pour le protéger? De grâce, que l'on m'explique! Ou alors, vite! Un amendement contre l'addiction aux private jokes! "
Par Bruno Roger-Petit , posteur Le Post

fevrieralain@hotmail.fr
http://zen-fiatlux.blogspot.com