lundi 11 juin 2012

Les abstentionistes, premier parti de France et, les marchés financiers du Club Med, ce sont des perspectives désolantes pour la France et la zone euro...


 
Assemblée Nationale
Les vingt millions d'électeurs abstentionistes forment, malheureusement, le premier parti de France, soit 42,77%. Selon les chiffres publiés à l'issue du premier tour, le bloc de gauche aura la majorité au Palais Bourbon. Une seule interrogation subsiste, le PS pourra-t-il, à lui seul, obtenir cette majorité ?.

Pour rassurer les partis non représentés à l'Assemblée Nationale et au Sénat, il faut espérer que le président François Hollande respecte son engagement du 2 avril dernier :

« Moi président de la République, j'introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives, pour les élections non pas en 2012, mais celles de 2017, car je pense qu'il est bon que l'ensemble des sensibilités politiques soient représentées »

Un député français ou européen et un sénateur, il ne peut cumuler qu'un seul mandat dans un Conseil régional, un conseil général ou dans un conseil municipal d'une ville de plus de 3 500 habitants. Cette règle n'est pas toujours appliquée !.

Selon le New York Times, en 2008 « 85 % des parlementaires français exercent un second mandat électif, contre bien moins de 20% en Allemagne, en Italie ou au Royaume-Uni » !. source Wilkipédia.



Depuis plus de quinze ans, L'Allemagne et les marchés ont toujours douté de l'avenir européen de l'Espagne, de l'Italie et du Portugal. A tel point que pour qualifier les marchés financiers de ces pays d'Europe du Sud, l'expression favorite de la Bundesbank ne manquait pas d'humour noir : " marchés financiers du Club Med " !. Il suffit de reprendre les titres des journaux économique de l'époque 1995 à 1997 pour en être convaincu :

" L'euro sans le Sud ?. Les incertitudes sur la participation de l'Italie et de l'Espagne à l'euro déstabilisent les places financières "


LE MONDE ENTREPRISE du JEUDI 6 Février 1997 titrait :

" Les marchés doutent de l'avenir européen de l'Italie et de l'Espagne "

" Les incertitudes concernant la participations des pays d'Europe du Sud à la zone euro dès le 1er janvier 1999 déstabilisent les places financières. La Lire est tombée, mardi 4 février, à son cours le plus bas depuis la mi-décembre."



Dans l'insouciance générale des Etats de la zone euro,

on aurait tendance à oublier que La France et l'Allemagne sont les premiers contributeurs financiers qui garantissent les emprunts BCE des 15 autres pays de la zone euro (à hauteur de 20% pour la France et de 28% pour l'Allemagne) !. L'aveuglement de nos responsables financiers européens et leur optimisme déraisonnable sur une sortie de crise, ces deux phénomènes démontrent, à eux seuls, toute  l'incompétence de ces personnalités qui ont été nommées à la tête de la BCE et de la Commission Européenne.   
http://zen-fiatlux.blogspot.com
Courriel : fevrieralain@hotmail.fr

1 commentaire:

zen a dit…

Souvenez-vous des élections municipales d'Angers.

En 2008, au premier tour, Mr Béchu avait 5,5 % d'avance sur Mr Jean-Claude Antonini. Au final, J-C Antonini, l'avait emporté avec 700 voix d'avance !.

Les paris sont ouverts et, la compétence ne doit pas être sous-estimer par l'électorat de la 1ère circonscription du Maine-et-Loire.

http://www.facebook.com/alain.fevrier