jeudi 22 janvier 2009

Crise de confiance politique, LA FAUTE à qui...?

CRISE POLITIQUE - CRISE DES INSTITUTIONS = CRISE FINANCIERE - CRISE ECONOMIQUE - CRISE SOCIALE

Nos parlementaires s'étonnent d'avoir perdu la confiance du peuple de France ?.

Politique.net : retrouvez les Dépêches Politiques Ignorées des grands médias

" Après les fraudes du Parti Socialiste, place aux trucages des élections internes à l'UMP. Dans son édition du 21 janvier 2008, le Canard Enchaîné révèle comment le parti de Nicolas Sarkozy organise des semblants de vote transparent à l'occasion des conseils nationaux ou des référendums internes. Que ce soit par internet ou par boitier électronique, les scrutins de l'UMP sont loin d'être sincères et n'ont a priori rien à envier aux fraudes du Parti Socialiste. Explications."
Revue de presse :- Hervé Liffran, "Les exploits des serial voters à l'UMP", Le Canard Enchaîné n°4604, 21 janvier 2009

Les faux votes du conseil national

Sous couvert d'anonymat, un responsable de l'UMP a raconté au Canard Enchaîné comment l'UMP truquait les votes des membres du conseil national. Officiellement, le "parlement du Parti" compte 2430 membres. C'est l'institution qui entérine les principales orientations de l'UMP et désigne par exemple les dirigeants. Ainsi, samedi 24 janvier 2009, Xavier Bertrand va être désigné secrétaire général de l'UMP à l'issue d'un vote du conseil national. Pour procéder au vote, les 2430 membres du conseil national ont chacun un boitier. La touche "1" correspond au vote favorable, la touche "2" au vote défavorable. Or, le Canard Enchaîné relève qu'en général "70 à 80% des électeurs inscrits ont voté et le "oui" l'emporte, sous les acclamations, avec des scores allant de 85 à 95% des voix".En réalité, la majorité des 2430 membres du conseil national de l'UMP ne se déplace pas puisque ces membres résident aux quatre coins de la France. La salle du conseil national est donc remplie de militants parisiens et d'attachés parlementaires qui ne peuvent pas voter mais qui donnent l'illusion d'un conseil national au grand complet. En coulisse, des proches de la direction valident des centaines de vote virtuel avec les boitiers des membres absents. De temps en temps, pour éviter un chiffre anormalement trop élevé, ils votent "non". Le scrutin est donc très largement truqué.

Témoignage d'un conseiller de l'Elysée et d'une élue parisienne

Dans l’article, le Canard Enchaîné cite deux témoignages. Une élue parisienne confirme qu'elle s'est rendue compte qu'on avait voté à sa place lors d'un conseil national sans qu'on la prévienne. Un conseiller de l'Elysée aurait même affirmé au journaliste du Canard, Hervé Liffran, que "comme chaque membre du conseil national dispose d'un boîtier de vote, il suffit d'utiliser les machines des absents. Mais on fait gaffe. Il faut que les résultats aient l'air vrais". Un tel aveu apparaît surprenant de la part de quelqu'un qui serait conseiller à l'Elysée, mais sous couvert d'anonymat, les langues se délient plus facilement (voir notre article sur les méthodes du Canard Enchaîné).

Quand le taux d'abstention s'effondre en quelques minutes

La fraude à l'UMP serait généralisée. Le Canard Enchaîné révèle ainsi que les votes internes des adhérents sont également truqués en grande partie. Par exemple, en janvier 2006, Nicolas Sarkozy,....
Même les responsables UMP le reconnaissent ouvertement
Le plus troublant dans l'article sont les propos rapportés de deux responsables UMP : Roger Karoutchi (candidat pour la tête de liste aux régionales 2010 en Ile de France) et Robert Pandreau (président de la commission de contrôle de l'UMP). Ainsi, alors qu'il s'apprête à participer à une primaire contre
Valérie Pécresse, Roger Karoutchi, également ministre des Relations avec le Parlement, aurait déclaré à propos de la fédération de l'Ile de France que "tout le monde ici, a plus ou moins bidouillé. Des militants qui votent à la place d'autres, des votes groupés, etc. Si je ne suis pas certain de la propreté et de la sérénité de ce scrutin, je demanderai un vote nominal à bulletin secret". Même aveu de la part de Robert Pandreau, président de la commission de contrôle de l'UMP : "En Ile de France, les élections internes sur papier sont souvent truquées, à l'UMP comme au PS".Par conséquent, la fraude massive lors des élections internes à l'UMP semble donc une tradition qui ne choque plus grand monde. En la matière, l'UMP fait aussi bien que le Parti Socialiste.
*** Liens
La vie interne de l'UMP
- L'UMP utilise l'argent de la formation des élus pour financer banquets et cocktails- Les faux chiffres du congrès de l'UMP en janvier 2007 (Le Canard Enchaîné)- Plan de rigueur à l'UMP : le parti le plus riche de France a 15 millions d'euros de dette- Comment l'UMP s'apprête à recruter de nouveaux militants dans les lycées et les universitésLes fraudes au Parti Socialiste- Les fraudes au Parti socialiste étaient un secret de polichinelle- Les dérives de certaines fédérations du PS : bourrage des urnes et adhérents fantômes- Après Edvige, la polémique sur le fichier des adhérents du PS baptisé Rosam- Congrès du PS : la direction sortante craignait de nombreuses fraudes lors du vote- Bataille de chiffres au congrès du PS : 167 953 adhérents, mais 233 000 votants potentiels ?- La fédération des Bouches du Rhône sanctionne ceux qui n'ont pas voté Ségolène Royal- Au Parti Socialiste, les chiffres incohérents de la fédération du Nord resteront un mystère- Scrutins internes : Pourquoi les adhérents du PS n'ont-ils pas voté par internet ?- Pourquoi le Parti Socialiste n'a-t-il pas donné des chiffres exacts lors du résultat du vote ?
Politique.net : retrouvez les Dépêches Politiques Ignorées des grands médias

Blog : http://zen-fiatlux.blogspot.com
courriel privé : fevrieralain@hotmail.fr

3 commentaires:

zen49 a dit…

Bonjour à vous,

Voilà de nouvelles couleurs à votre demande, j'espère que vous apprécierez.
Je vous remercie pour vos encouragements et pour vos commentaires et mails.
zen49
http://zen-fiatlux.blogspot.com
courriel : fevrieralain@hotmail.fr

Le parisien a dit…

Suite à l'article du Parisien sur l'affaire Kerviel et la Société Générale, faut-il tout dire quand on est journaliste ?

Une conversation dite "privée" avec un journaliste, faut-il ne rien en dire ou en révéler quelques secrets d'alcôve au risque de rompre la " supposée " confiance de la confidence initialement convenue ?.

A première vue, je serais tenté de dire non mais, dans une affaire aussi énorme et "immorale" que celle de la Société générale-trader Kerviel, il me paraît digne d'attention pour un journaliste d'éclairer le commun des mortel qui n'y connait pas grand chose dans le fonctionnement des salles de marchés et dans le milieu de la finance.

En fait, si le journaliste ne dit pas ce qu'il sait , alors pourquoi déclare-t-il qu'il a obtenu un ou plusieurs entretiens avec telle ou telle personne ?. Quel est l'intérêt de ces rencontres pour le lecteur si il ne peut en attendre quelques révélations ?. Ces annonces ne peuvent que favoriser et entretenir les rumeurs; j'en veux pour preuve le secret d'Etat du Président Mitterrand.

A quel rôle sont-ils réduits nos journalistes si ils doivent taire des secrets de polichinelle ?. Ce n'est qu'un avis

Le parisien

Anonyme a dit…

Les premières mesures prisent par Président Barack OBAMA sont à l'opposé de celles prises par notre Président Nicolas Sarkozy :

Après avoir suspendu les tribunaux militaires d'exception de Guantanamo, " une réduction d’impôts de 1.000 dollars (775 €) sera accordée à 95 % des ménages américains et une autre de 3.000 dollars (2.225 €) aux entreprises qui embauchent." La Croix

" OBAMA serre la ceinture de ses collaborateurs "

" Barack Obama a annoncé, hier, le " gel des salaires " de ses principaux collaborateurs, à l'heure où " les familles américaines sont obligées de se serrer la ceinture " sources Ouest-France "
" Il a aussi interdit aux fonctionnaires qui quitteraient la MAISON BLANCHE d'entrer au service de lobbies agissant auprès de la présidence " ....