mardi 5 novembre 2013

T.U. Studa-Cotra-Transexel-GTI-Keolis-Irigo, Délégation reconduite !. Quel rapport avec Ecomouv', son vice-président. Bayrou-Borloo : UNI



Générale de Transport et d'Industrie, VIA-GTI, société de Transports publics, elle a vu le jour en 1971. Toute de suite avide de croissance, à l'arrivée de la gauche en 1977, dès 1978, cette jeune société a eu des ambitions sur les transports urbains des nombreuses villes de gauche. En ce qui concerne ANGERS, les anciens se souviennent de la STUDA qui fut convoitée par Transexel en 1979, après une longue grève des traminots angevins (24 jours). En 1981, Transexel devient le transfuge de VIA-Transexel, filiale de VIA-GTI. Naissance de sa filiale angevine, la COTRA. 1995, VIA-GTI rentre dans le giron de Paribas (ex Banque de Paris et des Pays Bas). En 2000, Paribas fusionne avec la BNP et prend le nom de BNP Paribas. Entre temps, en 1999, le groupe VIA-GTI est racheté par la SNCF, puis, en 2001, fusionne avec Cariane. Naissance Keolis [ En 2001, VIA-GTI est à la tête des Transports urbains dans 89 villes et dans les Transports scolaires et voyageurs dans 47 départements auxquels, il faut rajouter 150 filiales, rien qu'en France !.Sources personnelles et Wilkipédia.

Pourquoi retracer le cheminement de ce groupe de transports devenu un mastodonte national et international ?. Uniquement parce que M Michel Cornil
* a eu l'occasion de signé des contrats de délégation de services publics, à Angers. Il a été président de l'UTP et aussi, un proche de Jacques Auxiette, président de la Région Pays-de-Loire, ex-président du Gart, proche de l'UTP. [Groupement des Autorités Responsable de Transports]. Soucieux des dépenses publiques, en aparté et, pour être sincère avec les personnes qui me lisent, je me suis toujours intéressé à ma boîte : Studa, Cotra-Transexel, GTI, Keolis. J'ai été leur bête noire de la direction et de syndicats. Je n'ai jamais plié et pourtant !.

Inauguration du Cocon- 1ère rame deTramway
 
Vos jugements sarcastiques cacheraient-ils des torts ?.

Jean-Claude Antonini serait un incompris ?. Irigo-Keolis, délégataire transports urbains, a été reconduit et, sans aucun remords, pour toute la durée du prochain mandat municipal ?.  La nouvelle équipe municipale, qui sera élue en mars prochain, elle n'aura que le choix de subir cet accord ou de le dénoncer !. 

*« Michel Cornil [vice-Président d'Ecomouv'] a assuré la Direction Générale du Groupe de Transport de Voyageurs Via GTI jusqu’en 2000. Il a ensuite occupé différents postes au sein du Groupe SNCF, notamment Président Directeur Général d’EFFIA (société spécialisée dans la gestion des équipements et systèmes intermodaux) de 2004 à 2007, et Président de SYSTRA (société filiale des Groupes SNCF et RATP, spécialisée dans l’ingénierie des systèmes de transports à l’international) de 2000 à 2010.
Michel Cornil fut aussi Président de l’Union des Transports Publics (organisation professionnelle des entreprises de transport urbain et des entreprises ferroviaires - fret et voyageurs -) de 1995 à 2009.
Il est Chevalier de l’Ordre du Mérite et de la Légion d’Honneur.» Sources : DOSSIER DE PRESSE ECOMOUV’ Octobre 201

Autoroutes exonérées d'impôts écomouv'

Dans le DOSSIER DE PRESSE ECOMOUV’ Octobre 2013 :
[...] « Ecomouv’ SAS est une filiale d’Autostrade per l’Italia, à hauteur de 70%, le reste du capital étant partagé entre ses partenaires français : Thales pour 11% (système de contrôle), SNCF pour 10% (logistique et maintenance), SFR pour 6% (connectivité fixe et mobile) et Steria pour 3% (système informatique central). Le montant des recettes attendues de l’écotaxe PL est estimé à 1,2 milliard d’euros par an. Le 20 octobre 2011, après appel d’offres, le MEDDTL (Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement) a signé un contrat de Partenariat Public-Privé avec Ecomouv’, en lui confiant le financement, la conception, la réalisation, l’exploitation, l’entretien et la maintenance du dispositif. »
[...] Ce contrat de partenariat, l’un des plus importants mis en place par l’Etat en 2011, prévoit une première phase de conception et réalisation, actuellement en cours d'exécution. La seconde phase du contrat prévoit l'exploitation et la maintenance du dispositif pour 11,5 ans, jusqu’à janvier 2025, date à laquelle le dispositif sera restitué à l'Etat français. Ce Partenariat Public-Privé entre l’Etat et la société Ecomouv’ est l’un des plus importants mis en place par l’Etat en 2011. Il prévoit 650 millions d’euros d’investissements et un montant total de revenus estimé à plus de 2,8 milliards d'Euros pour les 11,5 ans de la durée d’exploitation et de maintenance du dispositif. » Sources Ecomouv'


Les valeurs prévues pour 2014, telles que définies par arrêté, sont les suivantes :
8,8 cts €/km pour la première catégorie (2 essieux moins de 12t)
11,1 cts €/km pour la seconde (2 essieux de 12t et plus, 3 essieux)
15,4 cts €/km pour la troisième (4 essieux ou plus).

 « Lundi soir, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, jugeait impossible de renoncer définitivement à l’écotaxe, car il faudrait alors rembourser Ecomouv’ des 800 millions d’euros investis jusqu’ici. « Cette somme correspond à l’ordre de grandeur des investissements que nous avons réalisés, en y incluant les intérêts des emprunts »

«...Pour couvrir ses dépenses – dont celles de personnel –, elle doit recevoir de la part de l’Etat 250 millions d’euros par an (dont 50 millions de TVA… à reverser à l’Etat). Cette somme est indépendante des montants d’écotaxe collectés ; elle sera versée à Ecomouv’ pendant 11,5 années, date à laquelle le dispositif deviendra propriété publique....»

«...Compte tenu de la trésorerie apportée par ses actionnaires et ses banques, pendant combien de temps Ecomouv’ peut-il ainsi payer ses salariés sans encaisser de recettes ? « L’important c’est d’avoir une date de départ. Je ne vais pas aller voir le gouvernement en disant : si nous n’ouvrons pas le dispositif dans x mois, nous mettrons la clef sous la porte », botte en touche le vice-président de l’entreprise, Michel Cornil*....»

Inauguration de la ligne de Tramway, pl. du ralliement
Lundi 4 avril 2011 : Angevins, en ce début de printemps, ne sentiriez-vous pas un parfum de 1979 dans les transports et dans l'habitat ...?


Après la lecture de ce bref résumé, peut-être vous ne vous demanderez plus pourquoi je vous en parle aujourd'hui des années 1977-1979 ?.
EN 1979, une équipe municipale PS-PC fraîchement élue, pas encore rodée à la gestion des transports publics et du reste aussi, elle s'est retrouvée le dos au mur face à la rapidité du gonflement du déficit de la STUDA !. Suite au changement de la municipalité Jean Turc, en moins de 18 mois, le déficit du réseau de bus avait explosé à cause des nombreuses embauches de conducteurs-receveurs. Mais aussi avec la multiplication des kilomètres "commerciaux"de la ligne étoile, de la ligne circulaire des grands boulevards, des radio-bus, etc...Les plus anciens élus, les traminots s'en souviennent et, notre ancien maire, certainement !. Les dettes STUDA s'accumulaient, peut-être volontairement, puis un sauveur, qui rôdait discrètement sur le réseau depuis un certain temps, il est venu proposer ses services à la Mairie. Il se nommait Transexel, un ancêtre de GTI, via GTI, COTRA, KEOLIS aujourd'hui. L'ardoise de la STUDA était très lourde !. Les deux premiers sauveurs de la Mairie et de la Studa avaient été envoyés par le Groupe Transexel, messieurs Lamy et Kopp. Il fallait trouver de l'argent tout de suite pour éviter la faillite. Grâce à l'excellente relation de Transexel avec la Société Générale, les robinets se sont ouverts et, le remboursement de la dette Studa sera soldé par le contribuable et par le personnel STUDA-COTRA vers 1987. Une action en justice avait été engagée par la Mairie !.Mais l'ancien directeur de la Studa avait été reclassé dans un réseau africain, avec l'appui des repreneurs du réseau angevin de bus !.
Si le courage ne me fait pas défaut, je vous en dirais beaucoup plus et, d'une manière romancée dans quelques temps. Ce sera une sorte de complément à l'imposante brochure luxueuse éditée par Keolis pour ces 30 années de gestion du réseau angevin.

Jacques Auxiette, ex président du Gart, président de la Région Pays-de-Loire

Ce mardi, Mariage de la carpe et du lapin, un nouveau souffle sur les braises de l'UDF, NC + Modem = UDI = C & L ?













jeudi 7 avril 2011 Des bouleversements attendus dans la Majorité et le ménage à l'UMP... " Jean-Louis Borloo quitte l'UMP pour fédérer le centre " 20minutes.fr















Photo Villeneuve sur le Lot 

2 commentaires:

michèle Nouri a dit…

il y a d’énorme ingérences dans le fonctionnement du temps de transport sur les tickets irigo. J'ai pu observer que le temps d'1 heure des trajets n’était pas fiable et qu'aucune réclamation n’était possible puisque les heures ne sont plus imprimées. les chauffeurs ne peuvent même pas vérifier la validité des titres.
Sans parler des nombreux dysfonctionnement des oblitérateurs à l'entrée des bus...etc

zen a dit…

Hollandie : il règne comme un parfum de 6 février 34

http://youtu.be/_vmw-zBc8TE