lundi 7 janvier 2013

Mariage homosexuel, un référendum, sinon rien, et après les débats parlementaires


On ne ment pas aux enfants, on ne ment pas aux adultes, on ne décide pas à la place des électeurs sur les bouleversements de l'essence de l'homme


François Hollande et son gouvernement ont-ils ranimé les braises encore brûlantes des vieilles querelles entre écoles publiques et privées ?. La cacophonie entre Vincent Peillon et Vallaud-Belkacem ne fait que souffler le chaud et le froid auprès de jeunes enfants, ajoutant mensonge auprès des adultes et pression sur un média. Pas beau tout ça !, c'est pourquoi je reprendrais les propos de François Mitterrand qu'il avait tenu à Besançon, le 30 mars 1987 :
" Monsieur Edgar Faure, lorsque nous étions proches, c'est parce que j'avais raison. Lorsque nous étions éloignés, c'est parce que vous aviez tort.". A chacun de méditer sur ces propos, on ne ment pas aux enfants.


« CAFÉ POLITIQUE - Mariage homo : quand Najat Vallaud-Belkacem voulait faire supprimer un reportage de BFMTV »...

2 commentaires:

zen a dit…

" En quelques mots, je redis combien ce projet, en prétendant établir une égalité entre tous au sujet du mariage, entretient des illusions. On n’ajoute pas une liberté supplémentaire aux citoyens, mais, pour tous, on modifie le fondement même de la famille. On introduit une confusion au sujet de la filiation, en gommant la rencontre sexuelle qui la rend possible. Et dans une société où l’on veut établir la parité homme-femme à tous les niveaux de responsabilité, on l’évacue là où elle est inscrite de fait. "
Monseigneur Ulrich évêque de Lille

zen a dit…

Monsieur le ministre de l'éducation nationale,

Pourquoi vouloir bousculer la nature humaine, c'est contre nature de vouloir imposer une loi à tous pour satisfaire le confort d'une minorité homosexuelle ?.

Depuis que le monde est monde, le sperme de l'homme et l'ovule d'une femme ont été indispensensables à l'essence du genre humain. Si vous considérez que ça suffit pour faire naître un enfant, biologiquement vous aurez raison.

Vous oubliez simplement le plus important, l'amour d'un père et d'une mère envers l' enfant qu'ils ont conçu. Le bébé le ressent tout au long de la grossesse de sa maman. En règle générale, une majorité de nouveau-nés vivent cette situation "normale". Alors est-ce bien utile de légiférer la concrétisation d'une histoire d'amour entre une maman,un papa et leur bébé ?.

A moins que vous ayez modifié votre projet de loi plus que substantiellemnt, je vous le dis, monsieur le ministre, la voie que vous empruntez en imposant de force cette loi, elle va vous entraîner dans un dédale d'embûches que vous n'avez même pas imaginé.