samedi 28 janvier 2012

Passage de flambeau à la mairie d'ANGERS - des députés mieux payés que l'on vous le dit....Bon vent, monsieur le Maire...

De droite à gauche, dans la pénombre du sous-sol de la Mairie, sur l'écran géant : André Despagnet, Jean-Claude Antonini, Daniel Loiseau, Sénateur Daniel Raoul ( lisant les nouvelles ?),...
Salle du conseil municipal d'ANGERS

Après avoir choisi notre Président de la République en mai, nous élirons nos députés, en juin 2012. Que vient donc faire cet épisode de la vie municipale angevine hors de propos, me direz-vous ?. Pas si sûr que cela.

Jeudi midi, 26 janvier, vous n'êtes pas sans savoir qu'à la mairie d'Angers, plus de 200 électrices et électeurs angevins ont été les témoins du passage de flambeau, riche en émotions, entre le maire Jean-Claude Antonini et l'un de ses adjoints, Frédéric Béatse.
Photos de mauvaises qualités prisent au sous-sol de la mairie sur l'écran géant. Fédéric Béatse recevant l'écharpe tricolore de maire, des mains de Jean-Claude Antonini

Les moins jeunes auraient pu s'imaginer assister aux rushes de ce feuilleton TV, qui avait débuté en France, en 1981, une série TV à grand succès : " Dallas, ton univers impitoyable " , acteurs principaux : Boby ( le gentil), J.R (l'ambitieux), Cliff (sans scrupules), Jock ( père businessman) et Ray Krebbs, l'homme de confiance de Jock, très sympa, etc.. [ en 2012, il est question que de nouveaux épisodes soient diffusés sur nos écrans ?.]

Pour y avoir assisté en sous-sol à la mairie, je peux dire que chaque élu intervenant a souvent laissé transparaître ses émotions. Pour résumé, les prises de paroles ont été souvent critiques du côté de la minorité, parfois empreintes de colère. Les plus violentes sont venues de CAP 21, une composante de la majorité. Ce n'était pas la journée de la dentelle, ni celle du CAP à bâbord !. Il fallait être présent pour constater l'agressivité de Bernadette Caillard-Humeau, entendre la diatribe de Sophie Briand-Boucher et, écouter religieusement l'intervention plus mesurée et, certainement sincère, de Philippe Markowicz. Ces deux derniers élus cités, ils ont remis leur démission sur le champ !. Le dernier mot reviendra à monsieur le Préfet.
Robe bleue, Bernadette Caillard-Humeau a un micro près de la minorité, cravate rouge, Emmanuel Capus, Valérie Raimbault.

Sophie Briand-Boucher, démissionnaire de la majorité
La réactivité verbale des verts a été plus « convenue », peut-être plus interessée, à cause des prochaines élections nationales ?. Le mercato législatif bat son plein !

 L'adjoint, Jean-Luc Rotureau

Pour en revenir à l'entrée en matière « hors de propos », je voulais rappeler les mots très fort employés par Jean-Luc Rotureau, le challenger de Frédéric Béatse, qui a été préféré par l'ex-maire d'Angers, Jean Claude Antonini.

Paroles prononcées par Jean-Luc Rotureau qui devraient envahir constamment nos pensées et, que toute personne élue par le peuple devrait mettre en mémoire. Cela redonnerait de la confiance et de l'éthique politique, deux qualités qui ont tendance à s'évanouir au fil du temps !.
« Hommage d'un père à son fils »
L'image qu'il voit de son fils quand son père se regarde dans la glace, sans baisser la tête, ni regarder ses pieds : « Celle d'un type intègre et honnête...», concluant par cette interrogation : « et vous mesdames et messieurs les élus ? ».

Palais Bourbon - Assemblée Nationale

« Combien gagnez-vous ? À cette question, il est facile de répondre : il suffit de regarder sur votre fiche de paye. Pour un député, c'est beaucoup plus compliqué...[...]... tenir compte du décalage entre la théorie et la pratique. Car si les parlementaires font la loi, ils ne la respectent pas forcément.... »

Une indemnité de base, une indemnité de résidence, une indemnité de fonction : 7064 euros brut par mois

« Un député touche d'abord une indemnité de base qui correspond aux plus hauts revenus de la fonction publique. En 2009, cette indemnité s'élevait à 5487 euros brut....» Il faut y ajouter des indemnités supplémentaires...

Cumul des mandats : 9 700 euros brut par mois

« ...Pourquoi fait-on la différence entre une indemnité de base et une indemnité de fonction ? Tout simplement parce que seule l'indemnité de base est imposable (soit 4 200 euros net). Mieux : l'indemnité de fonction n'est pas prise en compte dans le calcul du plafond des indemnités... »

Une indemnité représentative de frais de mandat : 6 209 euros par mois

«...En plus des trois indemnités et de la possibilité de les cumuler avec d'autres indemnités d'élus locaux jusqu'à 9 700 euros...».
Un revenu cumulé de 11 297 euros net par mois ?, auquel il convient d'y ajouter
« Normalement, l'IRFM est versé sur un compte à part. Mais de l'avis même du député René Dosière à partir du moment où il n'y a aucun contrôle, les députés peuvent transférer cet argent sur leur compte. «...On peut donc dire qu'un député gagne 5 458 euros net (la somme de ses trois indemnités personnelles), plus 5 839 euros (montant net de l'IRFM). Soit au total, un revenu de 11 297 euros net par mois.....[ ...] « Et encore, ce n'est pas tout ! Car un parlementaire bénéficie également d'une enveloppe de 9 066 euros pour rémunérer ses assistants. Avec plus ou moins de malice, un député peut récupérer une partie de cette somme comme nous le verrons dans un prochain épisode de la série.»


C'est de cette manière que l'ensemble des médias se discréditent, face à une opinion publique de plus en plus méfiante à leur égard !.

Commentaires sur l'émission de Pujadas A 2 " des paroles et des actes ", dans les journaux matinaux de vendredi 27/01/2012 entre 6 H et 6 H 30, des journalistes sur Europe l. Ils se sont empressés de "massacrer" Hollande, un nul face à la prestation de Juppé !. Après 7 H, un virage à 30 °, puis à 380 °, pour s'aligner sur l'ensemble des médias Radio-TV. Avaient-ils, au moins, regardé l'émission du jeudi soir, 26 janvier sur l'A2, ou avaient-ils été briefés et, par qui ?.

Jeudi soir 26 janvier 2012 sur l'A2, à l'exception d'EUROPE 1, le match a largement été gagné par Hollande, seul Europe1 a contesté, un moment, le résultat !.
 Monsieur le Maire, monsieur Jean-Claude Antonini, il n'est même pas impossible qu'un bon esprit, comme le vôtre, s'est formé sans maîtres. Je ne me souviens plus du nom de l'auteur, celui qui avait dit, à peu près ces mots, que je prends plaisir à vous les adresser : " ce que l'on appelle le bon sens, c'est l'esprit d'un groupe résumé par un homme ". 

Il va vous falloir choisir de bonnes lectures pour oublier, au fond de vous-même, tous vos derniers mensonges de ce mois de janvier, que je ne me permettrais  pas de vous les remémorer, ici.

Enfin, je me contenterais de cette citation de Blaise Pascal : " le coeur à ses raisons que la raison ne connaît point ". Il suffirait d'y croire pour oublier ?. Bon vent, Monsieur le Maire, à Angers Loire Valley, " la vie en grand ", elle vous tend les bras !.

Courriel : fevrieralain@hotmail.fr 

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Angers.
« Angevines, Angevins, vous êtes tous mes amis. Je vous aime», a déclaré Jean-Claude Antonini en conclusion de la cérémonie d'au-revoir organisée ce samedi après-midi au Quai. Environ 300 à 400 personnes avaient répondu à son invitation."

A lire ce dimanche dans le Courrier de l'Ouest

Généreux les chiffres qui n'émanaient pas de la place Beauvau

zen a dit…

http://www.sudouest.fr/2012/01/29/ce-que-nous-revelent-les-depenses-de-l-etat-618654-710.php#xtor%3dEPR-260-%5bNewsletter%5d-20120129-%5bzone_info%5d

Salaires : "des augmentations faramineuses" dans les ministères

l'organisation de la conférence internationale lançant l'Union pour la Méditerranée, au Grand Palais, en 2008, avait coûté 16,6 millions d'euros pour trois heures : 58 000 euros la minute ! Ou le bilan carbone du président Sarkozy, évalué par Terra Economica équivalant à celui de 1 000 Français ordinaires !

«...L'on sait désormais que l'Élysée fonctionne avec un budget de 115 millions d'euros. Et le personnel d'une ville de 40 000 habitants.»...

« ...La présidentielle est proche. « J'ai quand même appris depuis la mise sous presse de mon livre que les plus gros salaires au cabinet de la Défense avaient encore augmenté de 24 % en 2011, et ceux du ministère des Affaires européennes, de 55 % (2). La logique continue… »

Le livre de René Dosière paraît jeudi 2 février. « L'Argent de l'État. Un député mène l'enquête », éd. du Seuil, 285 p., 19,50 €.