mardi 21 avril 2009

La cagnotte parlementaire échapperait-elle à Nicolas Sarkozy ?

Répartition de la réserve parlementaire : un secret d’Etat bien gardé


« La cagnotte parlementaire, dotée de 120 millions d'euros à partager entre les députés et les sénateurs, sert à financer, sur justificatif, des aménagements de voiries, la rénovation de bâtiments vétustes, des réparations d'infrastructures.

Tous les députés et les sénateurs ne reçoivent pas la même somme. Mais le sujet est tabou, comme l'a révélé Capital. »

« Dimanche 18 janvier 2009, M6 diffusait un numéro de Capital intitulé "Elus et fonctionnaires : l'argent de nos impôts est-il bien dépensé ?". L'émission, présentée par Guy Lagache, a réuni 4.2 millions de téléspectateurs, avec une part d'audience de 16.3% auprès de l'ensemble du public.

Un reportage a notamment abordé le tabou de la réserve parlementaire. »

« Une enveloppe de 58 millions d'euros pour les sénateurs, et une répartition très inégale

"Il existe une grosse enveloppe d'argent public que l'on appelle la réserve parlementaire. Elle est fournit par les ministères et c'est une poignée de sénateurs, à la tête de la commission des finances qui l'a distribue, une enveloppe de 58 millions d'euros l'an dernier, et qui n'apparaît à aucun moment dans les comptes du Sénat. Sa gestion est totalement opaque.

Dans un même département, votre sénateur peut n'avoir aucun euro de la réserve parlementaire et un autre, plusieurs millions. De quoi arroser des dizaines de communes.... »

« ... En moyenne, chaque sénateur a accès a 140 000 euros mais lui (Le rapporteur général du budget Ph. Marini ) aurait droit à beaucoup plus. Alors combien exactement ? Sur ce sujet, monsieur Marini reste flou".... »

« ... Selon le Canard Enchaîné, Philippe Marini aurait eu accès 3,9 millions d'euros l'an dernier. Soit près de 30 fois le montant moyen alloué à chaque sénateur. Ni le ministère de l'Intérieur qui distribue les crédits, ni la préfecture de l'Oise par laquelle les sommes transites, n'ont accepté de nous répondre.Rien d'étonnant, les sénateurs eux-mêmes n'arrivent pas à savoir qui obtient combien.
Comme Philippe Marini, André Vantomme est sénateur de l'Oise. Il est socialiste, et il ne touche aucun euro de la réserve. Il a essayé de savoir ce que touche son adversaire auprès des services du Premier ministre, au ministère de l'Intérieur et auprès de la préfecture. Aucun résultat. Alors il a porté l'affaire au tribunal administratif »

« "Cette situation est profondément anormale s'agissant d'argent public. C'est le motif de mon recours au tribunal administratif de Paris, le motif, c'est que parlementaire je vote le budget et que quelque part, dans mon propre département, je ne peux pas savoir comment sont affectés ces sommes. Cette situation est tout à fait inique, elle est tout à fait injuste" »

Article complet à lire sur Politique.net, publié le dimanche 19 avril 2009 à 21h00

http://zen-fiatlux.blogspot.com
Courriel : fevrieralain@hotmail.fr

10 commentaires:

Anonyme a dit…

" 20/04/2009 à 06h51
L’UMP perd ses nerfs, «Libé» persiste et signe "

" Attaqué par l'Elysée et l'UMP, «Libération» maintient intégralement son compte rendu du déjeuner qui a réuni la semaine dernière Nicolas Sarkozy et 24 parlementaires."

"... C’était jeudi dans Libération et depuis, l’affaire ne cesse d’enfler : hourvari de la presse étrangère, démentis élyséens en rafale mais en vain et excuses de Ségolène Royal à Zapatero. Voilà qu’une fois encore, la mayonnaise des relations entre Nicolas Sarkozy et la presse tourne à l’aigre.

Samedi, l’Elysée fait donner son porte-flingue habituel, Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP. Libération est en train de «ressembler de plus en plus à un tract». Libération qui, poursuit-il, «en colportant une fausse information, contribue à abîmer l’image de notre pays».

Lèse-majesté. Laurent Joffrin, PDG du journal, a maintenu «l’intégralité des informations» parues dans Libération."

"...Confirmant à demi-mots les compliments de Nicolas Sarkozy envers les grands de ce monde, Bernard Kouchner a eu cette phrase, hier : «Oui, c’est comme ça qu’il parle, en effet. Il est vivant, il est jeune et vivant, ça fait une différence.» Voilà, «jeune et vivant», ainsi se termine notre tract du jour."
Sources Libération du 20/04

Adieu la crise a dit…

Jolie plus-value pour la famille plus de 70 % ?.
A Messieurs les Sénateurs, les contribuables vous disent toute leur reconnaissance pour avoir avalisé ce marché de dupes !

"...Les sénateurs ont donné, mercredi 2 avril, leur feu vert au rachat par la Cité de la musique de la salle Pleyel, lieu symbolique de la vie musicale parisienne, à son propriétaire privé qui souhaitait s'en défaire "pour raisons familiales". Ils en ont autorisé le financement, proposé par le gouvernement, dans le cadre du collectif budgétaire 2009, à hauteur de 60,5 millions d'euros.
Sources Lemonde.fr.AFP

" Le vendeur a réalisé une belle affaire. Hubert Martigny, cofondateur d'Altran, société de conseil en haute technologie, l'a acquise pour 9 millions d'euros en 1998." (Journal Le Monde )

Il a été effectué pour 27 millions d'euros de travaux entre 2004 et 2006. Depuis 2006, cette salle Playel était louée à la Cité de la musique pour 1,5 million d'euros par an.

Adieu la crise, le marché immobilier repart grâce aux Sénateurs !

Anonyme a dit…

Pour être plus complet :

" Le beau-frère du petit Nicolas Sarkozy impliqué dans une histoire pas très nette : la vente de la Salle Pleyel "

A lire :
http://yacommeungout.wordpress.com-
le beau-frère du petit Nicolas Sarkozy

coin-coin a dit…

Lu dans le Canard enchaîné :
Le Député-Maire d'Avrillé se laisse aller aux "confidences"

Insolence à l'UMP

"Le vice-président du groupe UMP, Marc Laffineur, a livré dans les couloirs de l'Assemblée, le 25 mars, ses impressions sur la rencontre, quelques instants plus tôt, entre le chef de l'Etat et les députés UMP.
" Etait-il content de son discours de Saint-Quentin ?", a demandé un journaliste.
Réplique de Laffineur :
" Vous avez déjà vu le président de la République insatisfait de lui-même ?"

" A-t-il reconnu une erreur sur le bouclier fiscal ?", s'est enquis un autre confrère.
" Oh! Ce n'est pas le genre à reconnaître ses erreurs..."

Et le Canard de rajouté : "Sarko a raison : ce groupe n'est plus tenu."

Coin-coin

red box a dit…

La pratique bancaire des subprimes immobiliers et crédits "révolving ou consommation"

La définition de Michel Rocard, paru dans Le Monde du 6 mars 2008, donne une explication claire du mécanisme.

« L’ouverture de la crise est le résultat d’une technique bancaire nouvelle consistant à prêter massivement de quoi devenir propriétaire de son logement à toute une population aux revenus moyens ou faibles, sans se soucier des possibilités de remboursement.

L’espoir de gain pour les prêteurs n’est plus fondé sur le paiement des loyers, mais sur la valeur des maisons que l’on expropriera et revendra autant "

La pauvreté gagne tous les milieux, principalement les classes moyennes :

" Rappelons tout d’abord que les inégalités sont par principe acceptables lorsqu’elles s’accompagnent d’une amélioration de la situation de tout le monde, y compris des plus pauvres. Elles sont même un facteur d’émulation et de progrès, quand chacun a sa chance. Par exemple, elles incitent à se former et à progresser pour avoir un meilleur salaire. C’est le principe de l’ascenseur social." (Le Monde, 28 novembre 2007, chronique JP Fitoussi).

" Malheureusement, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les inégalités qui se sont accrues fortement depuis des décennies ne sont plus acceptables en l’état, car elles ne s’accom-pagnent plus de l’amélioration du sort des plus pauvres. Elles deviennent « destructrices » (Les Echos 21 septembre 2007). Elles traduisent une captation de la richesse mondiale par quelque uns.
Dans beaucoup de pays développés, les classes moyennes se rendent compte que l’ascenseur social est de plus en plus sélectif, et beaucoup craignent de tomber dans la précarité, puis dans la pauvreté et enfin dans la misère et l’exclusion.
Or, nous touchons là un problème de cohésion sociale, entre les pays, et à l’intérieur des pays."

Et Nous avons laisser faire sans rien dire !. Les bonnes résolutions sont dépassées, maintenant il va falloir agir en espérant qu'il ne soit pas trop tard ?. Commençons par se servir du bulletin de vote le 7 juin prochain

" Selon le CERC, « alors que Rockefeller avait autrefois préconisé aux Etats-Unis que le salaire des dirigeants d’entreprise ne dépasse pas 40 fois celui de leurs ouvriers,

le salaire moyen des PDG américains est passé de 85 fois le salaire moyen d’un salarié en 90, à 500 fois en 2000. L’évolution a été similaire en Europe et particulièrement en France. » (Les Echos, 22 septembre 2007)

" En 1998, selon le PNUD1, il aurait suffi de moins de 4% de la richesse cumulée des 225 plus grosses fortunes mondiales pour donner à toute la population du globe l’accès aux besoins de base et aux services sociaux élémentaires : santé, éducation, alimentation." (Le Monde, 10 septembre 1998).

" Le Président Sarkozy a parfaitement résumé la situation, dans un discours prononcé le 6 mai 2007, qui semble refléter l’état d’esprit de bon nombre de citoyens européens. Voici ce qu’il disait, à l’intention de ses 26 collègues Chefs de Etat :
« … Je les conjure d’entendre la voix des peuples qui veulent être protégés. Je les conjure de ne pas rester sourds à la colère des peuples qui perçoivent l’Union Européenne non comme une protection, mais comme le cheval de Troie de toutes les menaces que portent en elles les transformations du monde … » "

2 ans après ces belles paroles, la situation économique et sociale en France n'a jamais été aussi mauvaise et aussi inquiétante !

" Le traité de Lisbonne est-il protecteur des peuples ?

La réponse est non.

Met-il un terme au dumping fiscal en Europe ?

La réponse est non.

Le dumping fiscal est-il bon pour les peuples ?

La réponse est non.

L’Europe ne protège donc en rien les citoyens de décisions prises par des chefs d’entreprise pour des raisons purement fiscales, quand bien même seraient-elles un non sens économique et social.

Voilà pourquoi l’Europe peine à susciter l’enthousiasme du plus grand nombre."

Sources http://www.pauvreté-politique.com

red box

Anonyme a dit…

ELECTIONS EUROPEENNES LE 7 JUIN

Le Cri du contribuable, l'argent public, c'est votre argent vous, informe :

" Coût d’un député européen : 28 000 euros par mois "

Thème(s) : Europe
Dossier : le coût des élus

" Le Cri du Contribuable N°62, du 27 décembre 2008 - Laurent Artur du Plessis

En 2008, l’État a octroyé aux 78 députés français au Parlement européen une enveloppe globale d’indemnités de 8 034 650 euros.

Chacun perçoit 7008,65 euros bruts, versés par l’Assemblée nationale ou le Sénat, selon son choix. Mais le Parlement européen a prévu bien d’autres avantages, financés par le budget de l’institution, dont une indemnité de frais généraux qui, en 2008, s’élève à 4 052 euros par mois.

À cela s’ajoute une indemnité de voyage, couvrant les coûts et frais connexes des déplacements à l’intérieur de la Communauté européenne sur justificatifs ; une indemnité annuelle de voyages (à d’autres fins que les réunions officielles) de 4 000 euros annuels maximums ou maxima ; une indemnité journalière forfaitaire de 287 euros par jour de présence aux réunions officielles des organes du Parlement européen dont l’élu fait partie, en fonction de la distance et sur justificatif ; une indemnité de 143,50 euros par jour (plus les frais d’hébergement et de petit-déjeuner), versée aux députés qui assistent à des réunions en dehors de l’UE.

Un député européen s’adjoint un ou plusieurs assistants recrutés par lui et rémunérés à sa guise, grâce à un crédit mensuel fixé en 2008 à 16 914 euros.

Les frais de déplacements, cotisations de Sécurité sociale et impôts payés au nom des assistants sont remboursés sur facture.

Les députés sont employeurs. Mais les charges patronales et fiscales obligatoires (représentant environ la moitié de la rémunération salariale brute imputée sur le crédit collaborateur), les indemnités de fin de contrat, ainsi que les dépenses liées à des formations spécifiques, à la médecine du travail et aux frais de transport des collaborateurs entre Paris et la circonscription du député, sont financées par l’assemblée hors crédit collaborateur.

Coût mensuel d’un député français au Parlement européen : 28 000 euros, hors notes de frais et dédommagements divers.

Notons un petit effort : dès la prochaine législature (2009), l’indemnité de voyage sera remplacée par le remboursement des dépenses réellement encourues. Et les frais dus à l’emploi, en tant qu’assistants parlementaires, de parents au premier degré ou de personnes analogues ne seront plus remboursés…

Les parlementaires européens de l'Etat français ne connaissent pas la crise !.

conti a dit…

" Bercy relance le débat sur l'âge de départ à la retraite "
22/04/2009
Le Figaro.fr

" Inquiet de la dérive des comptes sociaux, le ministère de l'Économie plaide en faveur de nouvelles mesures sur les retraites.

Une grenade dégoupillée. C'est ainsi que l'on pourrait qualifier l'hypothèse, ressortie des cartons, de repousser l'âge de départ effectif à la retraite. L'idée a été soulevée la semaine dernière à Matignon lors d'une réunion visant à faire un point sur la situation des finances publiques, qui s'est tenue dans le bureau de François Fillon en présence notamment du ministre du Budget, Éric Woerth."...

L'irresponsabilité de nos parlementaires pénalise une à deux génération de jeunes et préfère cautionner les banquiers et les grands groupes en laissant une partie de nos retraités faire les poubelles pour se nourrir.

L'éditorial de Michel Urvoy à la UNE de OUEST-FRANCE du 24 avril commence par :

" Une génération en danger "

" Pour la première fois, une grande partie des jeunes vivent moins bien que leurs parents. L'allongement des études n'est plus un gage de réussite certaine. Pire, c'est désormais chez les moins de 30 ans que l'on trouve le plus de pauvreté et de dépendance. Ce qui n'était qu'une tendance devient, sous l'effet de la crise, un phénomène massif et dangereux..."

Et pendant ce temps là, nos sénateurs s'en mettent plein les fouilles, nos députés européens encore davantage et nos députés nationaux aussi et ils ne déclarent aux impôts que 60 % de la totalité de leurs indemnités ?.

En Grande Bretagne, au-dessus de 167 000 € de salaire annuel, les salaires seront imposés à 50 au lieu de 40 à l'heure actuelle, dès 2010.

Boursicoteur a dit…

L'actualité Bourse Le 29/04/2009

" Pérol éjecte Ferrero de la direction de Natixis et place Laurent Mignon "

" La direction de Natixis va changer de main. L'actuel directeur général de la filiale de Banque Populaire et Caisse d'Epargne, Dominique Ferrero, va être remplacé par Laurent Mignon, gérant de la société de Bourse Oddo et Cie. La nomination de ce dernier sera proposée lors de l'assemblée générale de Natixis qui se déroulera jeudi."

" Laurent Mignon, 45 ans, était en poste depuis 2007 à Oddo, après avoir travaillé aux AGF. Formé à HEC, il a été trader puis a occupé plusieurs fonctions dans des banques d'affaires."

" Le remplacement de Dominique Ferrero a été décidé par François Pérol, le nouveau patron de Banque Populaire/Caisse d'Epargne parachuté par le gouvernement. Pérol, qui désire faire de Natixis une "banque d'investissement durablement rentable" grâce à un recentrage de ses activités, a par ailleurs décidé de conserver Ferrero dans son équipe, en tant que conseiller. "

© Capital.fr

Boursicoteur

boursicoteur a dit…

Bouton est culotté d'annoncer dans les médias qu'il quitte la SG sans indemnités ?

" La retraite Bouton "anéantit les discours sur la moralisation" (député UMP) :

Le député UMP Jean-Pierre Grand (villepiniste) a estimé mercredi que la retraite -plus de 700.000 euros par an- de Daniel Bouton, qui a démissionné de la direction de la Société générale, "anéantit les discours" de l'UMP sur la moralisation des pratiques des dirigeants.

"Il faut supprimer les retraites chapeaux. Sinon ce n'est plus la peine pour la majorité et l'exécutif de tenir des discours sur la moralisation des pratiques. Ca les anéantit", a-t-il déclaré à l'AFP dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

Le rapport annuel de l'entreprise révèle que M. Bouton aura droit à une retraite de 730.000 euros par an."
Sources boursorama
boursicoteur

Anonyme a dit…

« Hedge funds, agences de notation, secret bancaire : l'Europe se déchire » titre LeFigaro.fr du 30/04/09 »

«  La Commission a présenté hier son projet visant à encadrer l'activité des fonds spéculatifs. »

« Un mois après que les dirigeants du G20 ont dégagé un consensus politique sur la régulation financière, les premières lézardes apparaissent en Europe au moment de passer aux travaux pratiques. Un nouvel épisode de tensions entre les partisans de la réforme - Allemagne et France en tête - et le Royaume-Uni, qui freine ces ardeurs législatives, est survenu hier à l'occasion de la présentation, par la Commission, d'un projet visant à encadrer l'activité des fonds spéculatifs.
Le commissaire irlandais au Marché intérieur, Charlie Mc Creevy, accusé de rouler pour les intérêts de la City, n'a modifié qu'à la marge son texte initial, qui se contente de contrôler les gestionnaires de fonds spéculatifs plutôt que les fonds eux-mêmes. Dans un délai de cinq... »
Lefigaro.fr